12 juin 2016

Romain Gaudron n’en démord pas -L’Avenir 11/06

a160112a-2f0b-11e6-800a-eebdaa9147ce_original

«La consultation des documents sur place n’est pas une solution suffisante pour un conseiller communal.»-EDA Claudy Petit

 

Le chef de groupe écolo veut recevoir les PV des réunions du collège arlonais. Il dépose un recours auprès du ministre Furlan.

On ne pourra jamais reprocher à Romain Gaudron, le chef du groupe écolo au conseil communal d’Arlon, de ne pas avoir de la suite dans les idées et de ne pas aller au bout de ses actions. Il vient de déposer un recours auprès du ministre Paul Furlan, ministre du Gouvernement wallon, ayant, entre autres dans ses attributions, les pouvoirs locaux, afin de faire casser une décision du collège communal qui est, selon lui, contraire au Code de la démocratie locale.

Dans un courrier électronique du 31 mars 2016, le groupe écolo a demandé au collège communal de lui adresser une copie des procès-verbaux de ses réunions. En réponse, dans un courrier du 9 mai, le collège communal a notifié «qu’il invitait le conseiller communal à consulter les procès-verbaux dans le registre des délibérations».

Romain Gaudron n’est pas d’accord avec cette réponse sibylline du collège arlonais. «La consultation des documents sur place n’est pas une solution suffisante pour un conseiller communal, râle l’écolo. En effet, prendre connaissance intégrale des procès-verbaux des deux séances hebdomadaires du collège communal, nécessiterait une journée entière de congé par semaine. La décision du collège a donc bien pour conséquence de restreindre le contrôle démocratique de notre commune, ce que je ne peux accepter. Je me questionne sur la décision du collège. Veut-on nous cacher certaines choses ?»

Le Code de la démocratie locale bafoué?

L’article L1122-10, § 2 du Code de la démocratie locale et de la décentralisation stipule que les conseillers communaux peuvent obtenir une copie des PV du collège. Romain Gaudron a donc alerté le ministre Furlan. Dans son courrier au ministre, il explique qu’il demande l’annulation de la décision du collège communal de refuser l’obtention d’une copie des procès-verbaux du collège communal. «Notre groupe déplore que la majorité PS/cdH enfreigne ainsi le droit à un contrôle démocratique opéré par les élus de la minorité. Ce droit est en effet prévu dans le Code de la démocratie locale et de la décentralisation comme il l’est rappelé dans une réponse du ministre de l’époque Philippe Courard en réponse à une question parlementaire de Dimitry Fourny, député cdH.»

 

 

 

29 janvier 2016

Accident nucléaire à Cattenom ? Des capsules d’iode à Steinfort mais pas à Arlon -L’Avenir 28/01

bee71eb8-c517-11e5-bb5f-c73cdd47d522_original

Les inquiétudes de Romain Gaudron concernant un éventuel accident nucléaire à Cattenom ont été suivies par tous les bancs du conseil.

Au contraire de la majorité des conseils communaux du chef-lieu, celui de mardi soir a permis aux membres du collège et du conseil de rejoindre leurs familles à une heure plus que raisonnable. Les 26 points à l’ordre du jour et les quatre interpellations n’ont suscité ni longs débats, ni polémiques entre majorité et opposition. Au contraire, il y avait un parfum de large consensus sur les sujets abordés.

L’échevin André Balon a présenté les points concernant les travaux. Sa présentation minutieuse des dossiers, tout particulièrement en ce qui concerne les aménagements des voiries à proximité de l’école de Weyler et de l’extension et de la rénovation de celle de Fouches, n’a suscité de la part des conseillers que des questions sur des points de détail.

André Balon a fait même preuve de mansuétude en proposant au conseil de réduire les amendes dues par l’entreprise chargée des travaux de la rue du Rhin à Waltzing, pour les 25 jours de retard par rapport au cahier des charges. «C’est une jeune entreprise qui découvre les arcanes de la loi, a précisé André Balon. Nous sommes en droit de leur infliger une amende de plus de 10 000€, mais je propose de la réduire à 2 500€». Le conseil l’a suivi.

Gaudron n’a pas offert de cadeau à Magnus

À l’issue des points à l’ordre du jour, une des interpellations a été posée par le chef de groupe Écolo, Romain Gaudron. «Je voulais vous offrir un cadeau, Monsieur le bourgmestre. Je me suis rendu dans quatre pharmacies pour acheter une capsule d’iode qui protège les citoyens en cas d’accident nucléaire. Aucune n’a pu m’en fournir.»

Plus sérieusement, l’élu écolo a rappelé que la centrale nucléaire de Cattenom est située à 42 km d’Arlon et qu’elle présente certaines lacunes quant à sa fiabilité. Il a aussi noté que les autorités de la région Alsace-Lorraine et celle du Grand-Duché ont pris d’importantes précautions pour que leurs populations disposent non seulement d’informations expliquant comment réagir en cas d’incident nucléaire, mais d’une distribution systématique à grande échelle de ces capsules d’iode. Il a demandé au collège d’intenter des actions en justice pour exiger la fermeture de la centrale mosellane.

Anne-Catherine Goffinet, qui vient de reprendre la santé dans ses attributions scabinales, a abondé dans le sens de Romain Gaudron. «Comment imaginer que le nuage nucléaire qui s’échapperait en cas d’incident majeur, puisse être nocif dans un rayon de 20 km, comme le préconise un rapport de l’Agence Fédérale Belge pour le Contrôle Nucléaire, mais qu’il ne le soit plus un kilomètre plus loin? On se fout de nous.»

Le collège estime que ce n’est pas le rôle de la Ville de lancer une action judiciaire, qui n’aurait aucune chance d’aboutir. «Mais nous allons écrire au gouvernement fédéral concernant la problématique des capsules d’iode, a poursuivi l’échevine Goffinet. Un habitant de Steinfort dispose de cet iode et est protégé du risque, alors que celui d’Arlon en subira toutes les graves conséquences.»

La conseillère Joëlle Denis, pharmacienne, ajoutera qu’il est impossible pour les pharmaciens de s’approvisionner: «Nos fournisseurs ne disposent pas de ce produit.»

Anne-Catherine Goffinet n’a pas hésité à affirmer que, dans le cas où le fédéral ne bougerait pas, il serait de la responsabilité de la Commune de prendre en charge la distribution des capsules.

 

 

 

Étiquettes : , ,
22 novembre 2015

Ne la laissez pas fondre !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Dans une semaine, les dirigeants du monde entier se retrouvent à Paris pour conclure des négociations déterminantes pour l’avenir de l’humanité. Ce sommet planétaire (la « COP 21 ») est un rendez-vous avec l’histoire.
Si chaque citoyen peut, à son échelle, contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre (chaque geste compte), la responsabilité, elle, incombe principalement aux États qui doivent prendre des engagements ambitieux.
Pourquoi la COP 21 est-elle si importante ?
Parce que le protocole de Kyoto a été prolongé jusqu’en 2020. Après cette date, les 55 pays ayant eu des objectifs de réduction de leurs émissions de CO2 se retrouveront sans aucune obligation vis-à-vis de la communauté internationale. Or, il y a urgence à prendre des mesures permettant de contenir le réchauffement climatique de la planète en dessous de 2 degrés. Si les États ne parviennent pas à se mettre d’accord, et que cette limite est dépassée, les conséquences deviendront dramatiques et surtout irrémédiables : de plus en plus de gens n’auront pas d’autre choix que l’exil pour fuir des zones devenues sans ressources ou inondées, catastrophes « naturelles » de grande ampleur plus fréquentes, perte de la biodiversité, insécurité alimentaire, etc. Prendre des mesures ambitieuses à la COP21 sera aussi l’occasion de redessiner un 21 ème siècle à visage plus humain.
La Belgique a un rôle à jouer.
Pour Ecolo, la Belgique ne peut pas aller à Paris en portant un véritable bonnet d’âne climatique. En termes de production d’énergies renouvelables, de réduction des émissions de gaz à effet de serre ou de pollution de l’air… notre pays figure parmi les derniers élèves de la classe européenne. Nous ne pouvons nous contenter d’un service minium irresponsable.
Nous devons mettre la pression maximale sur nos gouvernements, avec les associations, avec les citoyens, pour un accord ambitieux. Tout simplement parce que nous n’avons pas de planète B !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

21 juin 2015

Marche pour le maintien de l’hôpital d’Arlon du 20/06/2015: Mon intervention pour le groupe Ecolo

10387647_1630933063817680_4800492659282680257_n

Chères Arlonaises, Chers Arlonais,
Chers patients de l’hôpital d’Arlon,
Chers membres du personnel de Vivalia,

Je tiens tout d’abord à vous féliciter pour votre mobilisation citoyenne. Celle-ci montre à quel point nous restons déterminés à faire rebrousser chemin le Conseil d’Administration de Vivalia.
En septembre 2013, nous étions déjà, tous ensembles, réunis sur cette place et je vous exprimais, à coup de « faut-il », tout mon scepticisme vis-à-vis du plan vivalia 2025.
Malheureusement, 20 mois plus tard, force est de constater que le CA de Vivalia persiste dans son projet d’hôpital unique, véritable Mammouth désorienté.
Mammouth d’une part par sa taille, plus de 600 lits alors que tout les spécialistes annoncent la fermeture de 40% des lits en Belgique dans les 15 prochaines années.
Le mammouth est également désorienté, car développer un hôpital au milieu de nul part sans tenir compte de la mobilité, comment y accéder sans voiture, est vraiment digne du passé !
Ajoutez à cela, l’aspect transfrontalier de notre région complètement négligé dans le plan 2025 alors que les possibilités de se faire soigner dans des infrastructures de pointes au Grand-duché sont bien réelles. Vers quoi allons-nous ? Veut-on vraiment construire une coquille vide ?
Et quelle coquille vide … un caprice à pas moins de 360 millions rien que pour l’infrastructure.
Si même les subsides promis se confirment. Et j’insiste sur le mot promis vu qu’aucune garantie n’est actuellement confirmée, contrairement à ce que certains voudraient nous faire croire. il restera au minimum 120 millions d’euros à financer par les associés de Vivalia (communes et province) et donc par nous tous. C’est pour nous inconcevable !
La majorité provinciale PS-cdH a bien essayé de nous faire croire qu’il n’y avait pas d’alternative à Vivalia 2025.
Et pourtant, le rapport du KCE sur le financement des hôpitaux et les réformes en cours de la Ministre de la santé ne reflète pas une telle affirmation ;
Et pourtant, le professeur De Wever, éminence dans la gestion hospitalière, a bien proposé un plan alternatif crédible ;
Et pourtant l’expert Monsieur Godin, spécialiste du financement des hôpitaux, proche de la Ministre de la santé a bien dit aux Luxembourgeois que le plan alternatif peut fonctionner.
Il est temps, que l’on en finisse de faire peut aux gens à coups de ce sera vivalia 2025 ou rien d’autres. L’avenir des soins de santés en province de Luxembourg mérité bien mieux que ce simplisme.
La véritable question que nous devons nous poser aujourd’hui, c’est « Quel modèle de soins de santé voulons-nous demain pour nous et nos enfants? »
Vous l’avez compris, je ne m’inscris pas dans la guerre des kilomètres. Cette petite guéguerre politicienne qui consiste à vouloir acquérir le nouvel hôpital, le nouveau « joujou » le plus près de chez soi.
Cette posture est d’autant plus regrettable qu’il y a a peine plus de 5 ans les « accords de Savy », regroupait dans le consensus l’ensemble des partis de la province pour développer un projet basé sur la complémentarité des sites hospitaliers.
Mais jamais, jamais la majorité provinciale n’a fait le nécessaire, n’a pris ses responsabilités politiques, pour faire vivre ce projet.
Alors oui, Il est aujourd’hui temps, grand temps de déterminer le modèle de santé que nous voulons demain en Luxembourg.
Je terminerai donc par un message à l’attention des membres du CA de Vivalia. Ne vous laissez pas dicter votre vote par les ordres venus d’Hotton ou la sainte-parole de Bastogne.
Posez-vous la question, est-il vraiment nécessaire de gaspiller plus de 200 millions ?
N’est-il pas préférable d’utiliser cet argent pour former plus de médecins et en octroyant plus de numéros INAMI ?
N’est-il pas préférable d’investir dans des mesures pour attirer ces médecins dans notre province ?
N’est-il pas préférable de développer en parallèle des hôpitaux existants des structures de revalidation dans notre province pour y accueillir nos proches ?

Pour Ecolo Arlon, notre choix est fait depuis longtemps, nous voulons des soins de qualité et de de proximité. Et ceci passera par le maintien et le développement de l’hôpital d’Arlon !

19 juin 2015

SNCB : Arlon se réjouit, les gares rurales pleurent !

Aujourd’hui, la ministre Jacqueline Galant et l’Administrateur délégué de la SNCB, Jo Cornu, inaugurent la gare d’Arlon dont la rénovation vient de toucher à sa finEcolo Luxembourg se félicite de l’arrivée à son terme de ce beau projet qui donne une nouvelle jeunesse au bâtiment ferroviaire et ancre la SNCB dans la ville.

Cependant, au moment où Arlon se réjouit, plusieurs guichets moins fréquentés de la province ferment leurs portes. D’ici quelques jours, ce sera Vielsalm; Bomal et Hotton viennent de fermer; l’an prochain ce sera au tour de Gouvy et Bertrix…

Pourtant, selon les comptages de la SNCB elle même, ce sont tout de même près de 420 personnes qui y prennent le train.

A court terme, il risque bien de ne rester que trois gares ouvertes en Luxembourg.

Les guichets seront remplacés par des automates. Rappelons que ceux-ci posent des difficultés réelles à certains voyageurs et ne vendent pas toute la gamme des billets (les cartes campus, des actions telles que le Summer Ticket ou le Billet Shopping ni les réductions spéciales, notamment pour les militaires)… Pire, la fermeture du guichet, c’est un « service » déshumanisé. C’est aussi et surtout l’impossibilité pour le voyageur de bénéficier d’un minimum de confort en cas de mauvais temps pour attendre le train ou une correspondance.

Ecolo Luxembourg s’élève contre la politique de désinvestissement à l’oeuvre au sein de la SNCB. Même dans la gare rénovée d’Arlon, le personnel est réduit. Ainsi, le dimanche après-midi, alors que les étudiants reprennent le chemin de l’université, un seul employé ne peut répondre à toutes les demandes.

Ecolo Luxembourg veut profiter de cet événement pour dénoncer une nouvelle fois la logique d’économie et la détérioration du service au voyageur rural menée de concert par la SNCB et le gouvernement fédéral.

%d blogueurs aiment cette page :