2 novembre 2016

Arlon : qui veut une consultation sur le parking souterrain ? TV LUX 01/11/2016

capture

17 octobre 2016

Monsieur Magnus, cessez de désinformer les arlonais ! Aucun subside Feder n’est obtenu pour le projet de parking souterrain

La plateforme citoyenne Consultation populaire Arlon, est surprise de l’éditorial du bulletin communal d’information n°75 Vivre Arlon. En effet, dans celui-ci le Bourgmestre d’Arlon fait croire a ses concitoyens qu’un subside Feder a été obtenu par la Commune d’Arlon afin de financer le projet de parking souterrain sous le parc Léopold1.

Ces propos de Monsieur Magnus sont d’autant plus regrettables qu’ils se répètent. En effet diverses communications du Collège, dont plusieurs articles dans des quotidiens, ont pour objectif de désinformer les arlonais.

En effet le subside Feder obtenu concerne le réaménagement de la place et du parc Léopold mais nullement le projet de parking souterrain. Le parking souterrain, qui coûtera certainement plus que les 6 millions d’euros annoncés par le Collège, sera entièrement financé par les fonds propres de la commune et donc par les arlonais comme l’a confirmé le Bourgmestre lors du Conseil communal d’avril 20162.

C’est pourquoi, nous souhaitons que les arlonais puissent se prononcer sur la question suivante : »Etes-vous favorable à la construction d’un parking payant souterrain de 200 places sous le parc Léopold pour un coût d’au moins 6 millions d’euros qui n’intègre pas le réaménagement de la place ? ».

Déjà plus de 2000 arlonais ont signés la demande d’une consultation populaire à ce sujet. Le formulaire est toujours disponible sur notre site internet : consultationpopulairearlon.wordpress.com/le-formulaire/

Pour rappel, la récolte de 3000 signantures oblige l’organisation d’une consultation des Arlonais.

Les convictions de chacun sont respectables mais déformer de la sorte la réalité, d’autant plus de la part d’un Bourgmestre s’adressant aux citoyens, est intolérable.

La plateforme citoyenne Consultation populaire Arlon

0498/08.50.44

consultation.populaire.arlon@gmail.com

1Editorial du Vivre à Arlon n° 75 : « Le Collège a désigné un auteur de projet en vue de la construction, sous le parc Léopold, d’un parking de 200 places sur deux niveau, avant de poursuivre avec le réaménagement de la place et du parc. Nous ne pouvons plus perdre de temps sous peine de voir s’envoler les fonds Feder que la Ville d’Arlon a obtenus pour ce projet. »

2PV du Conseil communal du 14 avril 2016, Mr Magnus : «  le Collège est en train de réfléchir à l’axe de la place des Chasseurs Ardennais – rue Paul Reuter – Hôtel de Ville repris dans le FEDER. De vieux projets seront alors ressortis pour être modernisés, mais pour celui- ci le montant sera de 2 .000.000 €. Le million restant sera affecté aux fonds FEDER et la répartition se fera comme suit : la place Léopold, le parc Léopold et la construction de 10-12 appartements devant l’INDA sur Fonds FEDER et la création du parking sur fonds propres. »

12 juin 2016

Romain Gaudron n’en démord pas -L’Avenir 11/06

a160112a-2f0b-11e6-800a-eebdaa9147ce_original

«La consultation des documents sur place n’est pas une solution suffisante pour un conseiller communal.»-EDA Claudy Petit

 

Le chef de groupe écolo veut recevoir les PV des réunions du collège arlonais. Il dépose un recours auprès du ministre Furlan.

On ne pourra jamais reprocher à Romain Gaudron, le chef du groupe écolo au conseil communal d’Arlon, de ne pas avoir de la suite dans les idées et de ne pas aller au bout de ses actions. Il vient de déposer un recours auprès du ministre Paul Furlan, ministre du Gouvernement wallon, ayant, entre autres dans ses attributions, les pouvoirs locaux, afin de faire casser une décision du collège communal qui est, selon lui, contraire au Code de la démocratie locale.

Dans un courrier électronique du 31 mars 2016, le groupe écolo a demandé au collège communal de lui adresser une copie des procès-verbaux de ses réunions. En réponse, dans un courrier du 9 mai, le collège communal a notifié «qu’il invitait le conseiller communal à consulter les procès-verbaux dans le registre des délibérations».

Romain Gaudron n’est pas d’accord avec cette réponse sibylline du collège arlonais. «La consultation des documents sur place n’est pas une solution suffisante pour un conseiller communal, râle l’écolo. En effet, prendre connaissance intégrale des procès-verbaux des deux séances hebdomadaires du collège communal, nécessiterait une journée entière de congé par semaine. La décision du collège a donc bien pour conséquence de restreindre le contrôle démocratique de notre commune, ce que je ne peux accepter. Je me questionne sur la décision du collège. Veut-on nous cacher certaines choses ?»

Le Code de la démocratie locale bafoué?

L’article L1122-10, § 2 du Code de la démocratie locale et de la décentralisation stipule que les conseillers communaux peuvent obtenir une copie des PV du collège. Romain Gaudron a donc alerté le ministre Furlan. Dans son courrier au ministre, il explique qu’il demande l’annulation de la décision du collège communal de refuser l’obtention d’une copie des procès-verbaux du collège communal. «Notre groupe déplore que la majorité PS/cdH enfreigne ainsi le droit à un contrôle démocratique opéré par les élus de la minorité. Ce droit est en effet prévu dans le Code de la démocratie locale et de la décentralisation comme il l’est rappelé dans une réponse du ministre de l’époque Philippe Courard en réponse à une question parlementaire de Dimitry Fourny, député cdH.»

 

 

 

29 janvier 2016

Accident nucléaire à Cattenom ? Des capsules d’iode à Steinfort mais pas à Arlon -L’Avenir 28/01

bee71eb8-c517-11e5-bb5f-c73cdd47d522_original

Les inquiétudes de Romain Gaudron concernant un éventuel accident nucléaire à Cattenom ont été suivies par tous les bancs du conseil.

Au contraire de la majorité des conseils communaux du chef-lieu, celui de mardi soir a permis aux membres du collège et du conseil de rejoindre leurs familles à une heure plus que raisonnable. Les 26 points à l’ordre du jour et les quatre interpellations n’ont suscité ni longs débats, ni polémiques entre majorité et opposition. Au contraire, il y avait un parfum de large consensus sur les sujets abordés.

L’échevin André Balon a présenté les points concernant les travaux. Sa présentation minutieuse des dossiers, tout particulièrement en ce qui concerne les aménagements des voiries à proximité de l’école de Weyler et de l’extension et de la rénovation de celle de Fouches, n’a suscité de la part des conseillers que des questions sur des points de détail.

André Balon a fait même preuve de mansuétude en proposant au conseil de réduire les amendes dues par l’entreprise chargée des travaux de la rue du Rhin à Waltzing, pour les 25 jours de retard par rapport au cahier des charges. «C’est une jeune entreprise qui découvre les arcanes de la loi, a précisé André Balon. Nous sommes en droit de leur infliger une amende de plus de 10 000€, mais je propose de la réduire à 2 500€». Le conseil l’a suivi.

Gaudron n’a pas offert de cadeau à Magnus

À l’issue des points à l’ordre du jour, une des interpellations a été posée par le chef de groupe Écolo, Romain Gaudron. «Je voulais vous offrir un cadeau, Monsieur le bourgmestre. Je me suis rendu dans quatre pharmacies pour acheter une capsule d’iode qui protège les citoyens en cas d’accident nucléaire. Aucune n’a pu m’en fournir.»

Plus sérieusement, l’élu écolo a rappelé que la centrale nucléaire de Cattenom est située à 42 km d’Arlon et qu’elle présente certaines lacunes quant à sa fiabilité. Il a aussi noté que les autorités de la région Alsace-Lorraine et celle du Grand-Duché ont pris d’importantes précautions pour que leurs populations disposent non seulement d’informations expliquant comment réagir en cas d’incident nucléaire, mais d’une distribution systématique à grande échelle de ces capsules d’iode. Il a demandé au collège d’intenter des actions en justice pour exiger la fermeture de la centrale mosellane.

Anne-Catherine Goffinet, qui vient de reprendre la santé dans ses attributions scabinales, a abondé dans le sens de Romain Gaudron. «Comment imaginer que le nuage nucléaire qui s’échapperait en cas d’incident majeur, puisse être nocif dans un rayon de 20 km, comme le préconise un rapport de l’Agence Fédérale Belge pour le Contrôle Nucléaire, mais qu’il ne le soit plus un kilomètre plus loin? On se fout de nous.»

Le collège estime que ce n’est pas le rôle de la Ville de lancer une action judiciaire, qui n’aurait aucune chance d’aboutir. «Mais nous allons écrire au gouvernement fédéral concernant la problématique des capsules d’iode, a poursuivi l’échevine Goffinet. Un habitant de Steinfort dispose de cet iode et est protégé du risque, alors que celui d’Arlon en subira toutes les graves conséquences.»

La conseillère Joëlle Denis, pharmacienne, ajoutera qu’il est impossible pour les pharmaciens de s’approvisionner: «Nos fournisseurs ne disposent pas de ce produit.»

Anne-Catherine Goffinet n’a pas hésité à affirmer que, dans le cas où le fédéral ne bougerait pas, il serait de la responsabilité de la Commune de prendre en charge la distribution des capsules.

 

 

 

Étiquettes : , ,
22 novembre 2015

Ne la laissez pas fondre !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Dans une semaine, les dirigeants du monde entier se retrouvent à Paris pour conclure des négociations déterminantes pour l’avenir de l’humanité. Ce sommet planétaire (la « COP 21 ») est un rendez-vous avec l’histoire.
Si chaque citoyen peut, à son échelle, contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre (chaque geste compte), la responsabilité, elle, incombe principalement aux États qui doivent prendre des engagements ambitieux.
Pourquoi la COP 21 est-elle si importante ?
Parce que le protocole de Kyoto a été prolongé jusqu’en 2020. Après cette date, les 55 pays ayant eu des objectifs de réduction de leurs émissions de CO2 se retrouveront sans aucune obligation vis-à-vis de la communauté internationale. Or, il y a urgence à prendre des mesures permettant de contenir le réchauffement climatique de la planète en dessous de 2 degrés. Si les États ne parviennent pas à se mettre d’accord, et que cette limite est dépassée, les conséquences deviendront dramatiques et surtout irrémédiables : de plus en plus de gens n’auront pas d’autre choix que l’exil pour fuir des zones devenues sans ressources ou inondées, catastrophes « naturelles » de grande ampleur plus fréquentes, perte de la biodiversité, insécurité alimentaire, etc. Prendre des mesures ambitieuses à la COP21 sera aussi l’occasion de redessiner un 21 ème siècle à visage plus humain.
La Belgique a un rôle à jouer.
Pour Ecolo, la Belgique ne peut pas aller à Paris en portant un véritable bonnet d’âne climatique. En termes de production d’énergies renouvelables, de réduction des émissions de gaz à effet de serre ou de pollution de l’air… notre pays figure parmi les derniers élèves de la classe européenne. Nous ne pouvons nous contenter d’un service minium irresponsable.
Nous devons mettre la pression maximale sur nos gouvernements, avec les associations, avec les citoyens, pour un accord ambitieux. Tout simplement parce que nous n’avons pas de planète B !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

%d blogueurs aiment cette page :