Archive for septembre, 2010

22 septembre 2010

Etudiant à Arlon cherche kot promis !

C’est aujourd’hui la rentrée académique de l’Université de Liège.  Cependant, certains étudiants cherchent encore un kot. Pas toujours facile de trouver un logement qui ne ressemble pas à une cage à poule pour un prix abordable. Mission d’autant plus difficile à Arlon, l’une des 20 communes de Wallonie où l’immobilier est le plus cher[1]. Heureusement, la commune d’Arlon et l’ULg (qui englobe l’ancienne FUL) ont prévu le coup.

C’est du moins ce que laisse penser les propos du Bourgmestre Raymond Biren dans un article datant du 6 décembre 2008 : « Quant à l’hôtel militaire situé à l’arrière, l’U.Lg est très intéressée par une formule de logements pour étudiants. Son recteur l’a redit ce jeudi. La section arlonaise de l’U.Lg (ex-Ful) est confortée. Ce bâtiment de 4 étages (4 X 16 chambres) devra être opérationnel pour la rentrée 2009-2010. Il sera occupé par des élèves de l’enseignement supérieur. ». Les étudiants ont apprécié un tel cadeau pour leur St Nicolas !

Et pourtant, à la veille de la rentrée 2010-2011, ces chambres pour étudiants se laissent toujours désirer. Fausse promesse d’un bourgmestre ? Un recteur qui ne tient pas ses engagements ? Accumulation des retards ?

écolo j Luxembourg dénonce que, deux ans après la date prévue pour leur ouverture, les logements ne sont toujours pas à la disposition des étudiants. Nous tenons ici à affirmer notre attachement à la construction de logements étudiants publics, afin de permettre aux étudiants de disposer d’un logement à un coût adapté à leurs revenus (ou à ceux de leur famille). En diminuant les dépenses de ces étudiants, cette mesure permettra d’améliorer l’accès à l’enseignement supérieur pour tous.

écolo j Luxembourg souhaite que les acteurs concernés prennent leurs responsabilités afin de voir au plus vite (lors de la prochaine rentrée) l’ouverture de ces 64 chambres. Tolérer un délai de trois ans de retard nous semble être une revendication des plus raisonnables !


[1] Source : SPF Economie 2009

Publicités
Étiquettes : ,
20 septembre 2010

Manif au Luxembourg – TV Lux 17/09

18 septembre 2010

« Sus aux dinosaures ! » – Le Soir 18/09

L’invité du samedi : Romain Gaudron

L’ESSENTIEL

Romain Gaudron vient d’être désigné, avec Benoît Klensch, co-président des jeunes Écolo en Luxembourg.

Le garçon a la politique dans les tripes et n’a pas l’intention d’en rester là.

Il se montre ambitieux pour sa ville – Arlon – qu’il verrait bien débarrassée de ses « dinosaures».

Il plaide pour de vrais choix politiques sur la mobilité.

 

Pas de doute, Écolo Luxembourg a trouvé une nouvelle valeur sûre. Un de ceux qui, un jour ou l’autre, sera appelé à remplacer les élus qui filent droit vers la quarantaine. Cette valeur sûre c’est Romain Gaudron, un Arlonais de 23 ans, parfaitement nourri aux deux mamelles qui ont déjà forgé d’autres personnalités vertes : le biberon dogmatique de l’institution Écolo d’une part, le culte du débat et de la contestation propre à la Fédération des étudiants francophones d’autre part. Assistant social, fraîchement diplômé d’un master en gestion des ressources humaines, il s’est frotté à l’électeur pour la première fois en juin dernier. Un succès personnel. Mais une déception pour le parti qui a perdu dans l’aventure les plumes précieuses gagnées l’année précédente. Qu’importe, le garçon n’a pas l’intention de se faire oublier.

 

Juin 2010, première joute électorale, chute d’Écolo. Pas trop déçu ?

Personnellement, je pense avoir bien assuré ma place de second effectif mais c’est vrai que nous avons été déçus puisque nous avons raté le siège tant espéré. Cette expérience m’a conforté dans ma volonté de lancer une dynamique de terrain hors des élections. Je veux aller à contre-courant des politiciens classiques qui restent dans leurs souliers entre deux élections.

 

En 2012, nous aurons les communales et les provinciales. Vous en serez ?

Aux communales, oui.

 

Tête de liste à Arlon ?

Éventuellement mais il y a d’autres personnalités. Je ne ferme en tout cas aucune porte.

 

Avec quelles ambitions pour Écolo ?

L’enjeu pour nous sera de montrer que nous pouvons être porteurs de solutions, donc être crédibles au niveau local. Nous le sommes à Amay et à Louvain-la-Neuve. Nous comptons bien le devenir ailleurs et pourquoi pas en Luxembourg. Nous avons fait 32 % dans la région d’Arlon, aux dernières élections européennes, c’est un fameux réservoir de voix.

 

Un tiers de voix Écolo aux communale d’Arlon, ce serait une révolution…

Sans aller jusque-là, nous voulons dire que l’électeur peut nous faire confiance. Et j’affirme que l’inertie des disinosaures a atteint ses limites !

 

Des « dinosaures » à Arlon ?

Bien sûr. Regardez ce qu’ils font durant la législature actuelle sur Arlon. Ils gèrent l’acquis, le quotidien. La majorité CDH-PS en place n’a aucune vision d’avenir, elle n’a même pas un projet à dix ans !

 

Et vous, votre projet pour Arlon ?

Nous sommes en grande discussion avec nos voisins luxembourgeois de Beckerich. Cette commune  grand-ducale dirigée par les verts peut devenir un modèle pour Arlon sa voisine. Cela suppose une transformation profonde des mentalités. On n’y arrivera pas en six ans. Leur politique verte se décline au niveau de l’environnement bien sûr mais également au niveau social, économique… Ce modèle est la preuve qu’Écolo n’est pas seulement le défenseur des petits oiseaux…

 

Prêts à entrer dans une majorité ?

Pourquoi pas ? Quand on fait de la politique c’est pour participer au pouvoir mais le pouvoir à tout prix n’est pas notre truc.

 

2012 sera aussi un scrutin provincial, intéressé?

Écolo a l’ambition de participer à la réforme du pouvoir provincial initiée d’ailleurs par Emilie Hoyos. Il y a du travail ! Une chose est sûre, il n’y a plus aujourd’hui besoin de 50 conseillers provinciaux. pour faire tourner la province. Et je dis cela très à l’aise puisqu’Écolo risque d’être la première victime d’une réduction du nombre d’élus. Donc, je prône une réforme forte, par conviction. Certaines provinces investissement beaucoup dans l’enseignement supérieur. Pourquoi pas en Luxembourg. Il y a un vrai travail à faire…

 

Un des dadas d’Écolo c’est la mobilité avec, en corollaire, la question de la taxe au km. Qu’en pensez-vous ?

Pour Bruxelles, pas de souci mais ce n’est pas applicable pour les régions rurales.

 

Et comment offrir une vraie alternative à la voiture dans les régions rurales ?

C’est une question de service public. Dans le Hainaut, il faut des sous pour le chômage et on les trouve. Ici,si les besoins prioritaires ont trait à la mobilité, on doit pouvoir les trouver aussi. Tout est une question de choix politique.

 

On dit de vous que vous êtes « la » nouvelle valeur sûre d’Écolo-Luxembourg…

Une chose est claire : j’ai envie de faire de la politique, j’ai ça dans les tripes. Je prendrai la place que je me forgerai mais vous savez les personnalités sont multiples. Cécile Thibaut et Brigitte Pétré sont d’autres excellentes figures d’Écolo-Luxembourg!

 

Propos recueillis par

ERIC BURGRAFF

Communales « Les communales de 2012, c’est un scrutin très important pour nous. La commune, c’est la base de la politique, c’est la gestion de la cité. Si un parti veut être crédible il doit être présent au niveau local comme au niveau européen. Généralement,le message Écolo passe mieux dans le milieu urbain mais c’est une question de personnalité et de dynamique locale. Si nous montrons que nous pouvons être dans la gestion et pas seulement des intégristes de l’environnement alors ce sera porteur pour 2012. »

Fédérales « Le recul national d’Écolo s’explique de deux manières : d’une part, nous avons rarement gagné sur les thématiques institutionnelles; d’autre part, le fait que Di Rupo ait été annoncé Premier-ministrable, a enclenché un transfert de voix vers le PS. »

Hautes écoles « Je maintiens que les fusions des hautes écoles du Luxembourg avec Liège ou Namur aboutiront au déplacement des centres de décision. Je sais que des choses seront garanties sur papier mais qu’en sera-t-il dans quelques années ? On voit que les fusions liégeo-liégeoises aboutissent à la remise en question des implantations décentralisées. Qu’en sera-t-il lorsque les décisions se prendront loin de chez nous ? Je demande une évaluation des fusions récentes avant d’inventer autre chose.

E.B.

Étiquettes :
15 septembre 2010

Travailleurs frontaliers, même cotisation mais droits différents

Le 13 juillet dernier, la majorité gouvernementale luxembourgeoise (du Premier ministre Jean-Claude Juncker) votait la loi 6148. Cette loi supprime les allocations familiales à partir de 18 ans. Celles-ci sont remplacées par une bourse d’études d’un montant annuel de 6000€. Cette somme remplace approximativement le montant des allocations familiales.

Cependant, cette loi a bien pour objectif de réaliser des économies et ce, en trouvant un bouc émissaire. Le gouvernement Juncker a limité l’octroi de la bourse d’études aux résidents du Grand-Duché de Luxembourg, laissant ainsi sur le carreau les nombreux travailleurs frontaliers.

Personnellement, je ne peux accepter une telle discrimination entre travailleurs. Si deux personnes cotisent dans un même système de sécurité sociale, c’est pour bénéficier d’un même soutien[1], c’est le b.a.- ba d’un système de solidarité[2].

Les frontaliers sont des acteurs à part entière de la vie économique du grand-duché, ils constituent près de 45% de la population active, les Belges sont plus de 37000 à traverser quotidiennement la frontière.  Le gouvernement luxembourgeois a une manière très particulière de les remercier !

Passons les politesses pour en revenir sur le fond.  Mon passé à la FEF ne me laisse pas indifférent à la question du coût des études. Une aide de 6.000€ par an telle que celle octroyée chez nos voisins luxembourgeois est belle et bien plus attractive que nos bourses frôlant, en moyenne, les 1.000€ par année d’étude. D’autant, qu’en Communauté française les critères d’octrois sont extrêmement stricts. Ainsi, pour un cursus universitaire de 5 ans c’est une perte sèche de 30.000€  que des parents frontaliers vont rencontrer, de quoi mettre largement dans le rouge un budget familial.

Certains peuvent voir à travers ces faits un combat pour les privilégiés. Cela est un amalgame trop facile : un travailleur au Luxembourg est un travailleur « riche ». Certes, de manière générale les salaires luxembourgeois sont plus élevés mais tous ne sont pas des privilégiés et des salaires modestes sont également (de plus en plus) fréquents au Luxembourg. Quand bien même, les frontaliers auraient des revenus supérieurs aux travailleurs belges, la comparaison n’est pas de mise. Ce que je dénonce ici, ce sont les inégalités au sein même de la sécurité sociale luxembourgeoise.

A partir du 1er octobre 2010, si rien ne change au Luxembourg un travailleur frontalier est un sous travailleur. Cette discrimination retombera in fine sur les épaules de l’Etat belge. Celui-ci devra assumer des frais supplémentaires d’allocations familiales à hauteur de près de 3.000.000€, selon une première estimation. C’est pourquoi, nous sommes tous concernés par ces mesures injustes.

Défendre les travailleurs frontaliers dans ce dossier, ce n’est pas oublier la situation belge, faite d’allocations familiales et de bourses d’études bien moins alléchantes. Je rappelle d’ailleurs ma proposition à ce sujet d’instaurer une bourse kot[3].

Face à cette situation, je marque tout mon soutien aux travailleurs frontaliers. J’apprécie les motions déposées en ce sens, au conseil provincial du Luxembourg, lors de la séance du 3 septembre dernier par Brigitte Pétré (Ecolo)  et  Vincent Wauthoz (MR). Je regrette que le débat ait débouché sur un consensus mou, avec une motion édulcorée qui sera transmise uniquement à l’Etat Belge et qui si je ne me trompe est toujours en affaire courante… Sa marge d’action est donc belle et bien limitée, autant jeter une bouteille dans la Semois!

Je trouve regrettable que les opposants à ces motions, menées par Raymond Biren (Bourgmestre cdH d’Arlon), n’ont pris leurs responsabilités[4]. Balayer du revers de la main de tels faits pour préserver des relations cordiales avec ses collègues luxembourgeois révèlent le manque de carrure politique et les priorités du mayeur arlonais. Les frontaliers s’en souviendront !

Passons, et focalisons nous sur les syndicats[5] grand-ducaux, qui ont pris leurs responsabilités en organisant une manifestation le jeudi 16 septembre à 17h00 place de Clairefontaine. Pour ma part, ma place dans le car est d’ores et déjà réservée.

En ce 16 septembre 2010, je fêterai mes 24 ans et si Jean-Claude Juncker lit ces quelques lignes, il sait dès à présent quel cadeau me fera vraiment plaisir.


[1] à situation socio-économique identique évidemment.

 

[2] Je m’étonne d’autant plus d’une telle décision par un gouvernement à coloration apparemment progressiste, composé du Parti chrétien-social (CSV) et du Parti ouvrier socialiste luxembourgeois (LSAP).

[3] Voir l’article : « OUI à une réduction des frais de kot proportionnelle aux revenus de l’étudiant et de sa famille ! Non à une réduction des frais de kot plus conséquentes aux nantis (proposition du cdH) ! »

[4] Par la suite, Raymond Biren a annoncé rencontrer les responsables luxembourgeois pour aborder le sujet. Il s’agit évidemment d’une porte de sortie pour ne pas perdre la façe sans devoir trop se mouiller. Finalement, la  rencontre a été annulée.

[5] OGBL, LCGB, ALEBA, FNCTTFEL et SYPROLUX.

15 septembre 2010

Ils s’opposent toujours à l’énergie nucléaire – L’essentiel 15/09

Ils venaient d’Arlon, de Sarre, de Rhénanie-Palatinat mais aussi du Luxembourg.

Les jeunes verts de la Grande Région ne sont pas d’accord avec Berlin.

Une poignée de jeunes verts ont manifesté hier en début d’après-midi devant l’ambassade d’Allemagne au Grand-Duché. Ils entendaient ainsi protester contre la décision du gouvernement allemand de prolonger l’utilisation des centrales nucléaires d’outre-Moselle pendant plusieurs années. Les jeunes écolos ont en outre rappelé leur manifestation contre la centrale française de Cattenom. Ils appellent à un rassemblement, samedi, à 15h, sur le pont entre Schengen et Perl.

http://www.lessentiel.lu/news/luxembourg/story/31749525

%d blogueurs aiment cette page :