Archive for janvier, 2013

31 janvier 2013

Une rafale de questions signée Gaudron – L’Avenir 31/01

Outre une motion sur le rail à l’ordre du jour, Écolo, par la voix de Romain Gaudron, interpellera le collège quatre fois, au conseil d’Arlon, demain.

pic2 Si l’on excepte la motion relative au maintien en état par Infrabel de l’infrastructure des lignes de chemin de fer régionales, dont la conseillère Isabelle Champluvier a obtenu l’inscription à l’ordre du jour, Écolo, par la voix de son chef de groupe, interpellera le collège communal d’Arlon par quatre fois, vendredi : 1. l’échevin des Travaux, André Balon, à propos de la rénovation de la Montée royale de Saint-Donat (lire par ailleurs) ; 2. l’échevin De la Santé publique, Kamal Mitri, après l’appel lancé par le service de cardiologie de la clinique d’Arlon, qui regrette que d’autres sites de Vivalia lui préfèrent régulièrement Mont-Godinne ; 3. l’échevin des Affaires sociales, André Perpète, à la suite de la suppression, fin décembre, d’un congé de Noël au CPAS ; 4. la présidente du CPAS, Marie Neuberg, sur des modifications apportées au projet i n i t i a l de la Résidence de la Knipchen, dans lequel la Ville se serait montrée «imprudente», selon Écolo.

 Les trois derniers dossiers, nous les avons déjà largement évoqués dans nos pages. À M. Mitri, par ailleurs chef du service de cardiologie de Vivalia, M. Gaudron demandera s’il partage l’analyse de la situation faite par le service d’Arlon et s’il compte, «en collaboration avec le représentant de la Commune au conseil d’administration de Vivalia, intervenir sur le sujet». Sujet qui, entendons nous, dépasse le cadre strictement communal, sinon qu’il est susceptible d’influer durablement sur l’image d’Arlon dans le paysage hospitalier provincial.

 Congé supprimé : et l’avis de Perpète ?

 Après la suppression d’un après-midi de congé au personnel du CPAS à la veille des fêtes, Écolo avait «regretté qu’une telle mesure soit prise, sur le dos d’un personnel dévoué au bon fonctionnement du CPAS, cinq jours avant Noël».

 Ce que M. Gaudron veut savoir, c’est si M. Perpète, qui a dans ses attributions la tutelle du CPAS, soutient bien cette décision, et donc aussi sa présidente, socialiste comme lui. Ou si, au contraire, il envisage d’«intervenir pour qu’une telle discrimination entre personnel communal et du CPAS ne se reproduise pas en 2013».

 Moins de lits MR que prévu, des subsides qui ont échappé à la Ville, dépenses supplémentaires en frais d’architecte… :«Vu la modification profonde du projet antérieur, à la Résidence de la Knipchen, envisagez-vous de présenter celui-ci à nouveau au conseil communal ? demandera encore le chef de groupe des Verts à Marie Neuberg. Envisagez-vous de demander le soutien de la Région wallonne, pour une ou plusieurs structures d’accueil de personnes âgées, vu la réduction des places d’accueil disponibles par rapport au projet du collège lors de la législature précédente ?»

 Après celle déposée par Alexandre Larmoyer pour le MR, les quatre questions inscrites par Romain Gaudron témoignent d’une même chose, en ce début de législature : les deux jeunes chefs de groupe entendent bien montrer d’emblée qu’ils comptent jouer à plein, ainsi qu’ils l’avaient promis, «une opposition constructive».

Phi lippe COLLING

 

Publicités
31 janvier 2013

Du retard pour la Montée royale – L’Avenir 31/01

Une des quatre questions du conseiller Romain Gaudron (Écolo) concerne l’état d’avancement du chantier de rénovation de la Montée royale, au pied de Saint-Donat, et s’adresse à André Balon (cdH), échevin des Travaux.

«Les travaux sont toujours en cours, écrit le chef de groupe des Verts. Il me revient que ces retards s’expliquent par certaines ‘‘découvertes’’ en cours de chantier. Ce n’est pas le retard du chantier qui nous tracasse particulièrement, mais il me revient que des dépassements importants dans le budget prévisionnel seraient rencontrés. Pour rappel, les travaux étaient estimés à 1 130 000 € TVA comprise dont 787 000 € subsidiés. Pouvez-vous me confirmer qu’un dépassement du budget initial est à prévoir dans le cadre de ce projet ? Et, dans l’affirmative, quel est le montant de celui-ci et aura-t-il un impact sur les subsides octroyés par la Région wallonne ?» Et quand même : «Pour quelle date peut-on prévoir la fin des travaux ?»

Réponses vendredi soir à l’hôtel de ville.

Phi lippe COLLING

16 janvier 2013

Lits MR du home d’Arlon : la Ville imprudente ? – L’Avenir 14/01

Le projet d’extension de la Résidence de la Knipchen a été approuvé avec 27 lits MR supplémentaires, en 2008 à Arlon. Seuls six ont été subsidiés.

Les autorités communales arlonaises, majorité PS-cdH, ont-elles fait preuve d’imprudence, en avril 2008, lorsqu’elles ont approuvé le projet de rénovation et d’extension du home Soir paisible, aujourd’hui Résidence de la Knipchen – un projet visant l’augmentation de la capacité d’accueil de 91 lits Maison de repos (MR) à 118 ? C’est en tout cas l’avis d’Écolo Arlon, et en particulier du conseiller Romain Gaudron. « Sans l’arrêt de justesse des travaux, et la décision d’intégrer la résidence services à la Résidence de la Knipchen, on aurait connu des étages vides dans l’aile des Chasseurs ardennais. Le pire a été évité de peu ! » assure M. Gaudron.

En clair, l’actuel conseiller de l’opposition déplore que le conseil communal de l’époque ait approuvé un projet, sur proposition du collège, en l’absence de garanties de subsides de la Région wallonne pour les 27 lits MR supplémentaires qu’il comprenait. Une critique qui semble fondée puisqu’après l’introduction, en mai 2009, d’une demande d’accord de principe à la programmation de 27 lits MR supplémentaires, le CPAS d’Arlon a obtenu, en mai 2012, un accord de principe en programmation pour uniquement 6 lits. « Le solde de 21 lits MR étant placé en liste d’attente », répondait à ce sujet la ministre wallonne Éliane Tillieux, en décembre 2012, au député Écolo Luc Tiberghien, s’interrogeant sur l’arrêt des travaux de la Résidence de la Knipchen avant sa 3e et dernière phase.

La ministre ajoute que « le CPAS d’Arlon a obtenu en juillet 2012 un accord de principe pour 5 lits court séjour et une notification du maintien sur la liste d’attente pour les 21 lits MR. Le gestionnaire de cet établissement a entamé sur fonds propre la construction d’une extension de 27 lits, et cela alors que l’accord de principe en programmation ne portait que sur 6 lits. Sans cet accord, il est exclu d’obtenir une promesse de subsides. »

« Stoppé de justesse »

Pour Romain Gaudron, le projet a donc été « stoppé de justesse grâce à la réception du refus de subsides avant d’entamer la phase 3 des travaux ».

« Je n’ose imaginer l’impact financier pour la commune en cas de réception pendant ou après la phase 3 des travaux, soit 21 lits MR sans subsides », ajoute-t-il avant de déplorer quatre impacts négatifs sur la commune : « Tout d’abord, on envisageait 27 lits MR supplémentaires, il n’y en aura que 6. Ensuite, il y a la perte de 6 appartements en résidence services. Initialement un subside avait été obtenu pour 16 appartements à la rue de Sesselich. Vu les problèmes rencontrés, seuls 10 appartements seront intégrés dans la phase 3, ce qui implique la perte des subsides pour 6 appartements. C’est la possibilité d’accueil pour 12 personnes qui s’évapore ! Nous déplorons encore 2 lits vides à la résidence de la Knipchen. Au moment de stopper les travaux, la capacité d’accueil était de 2 lits en plus que le nombre de lits subsidiés (99 lits MR/MRS pour 97 subsidiés). Et finalement une dépense supplémentaire de 125 000 € en frais d’architectes. »

Bertrand NICOLAS

9 janvier 2013

Des lits en moins à la « Knippchen » – Le Soir 08/01

La modernisation et l’agrandissement de la résidence de la Knippchen, ex-home « Soir paisible », constituait le dossier majeur de la législature 2006-2012 de la Ville d’Arlon. Un dossier impératif tant l’ancienne structure était vieillotte, et tant il y a de la demande pour les personnes âgées. Mais ce dossier a connu, l’air de rien, quelques soucis que la majorité PS-CDH n’a jamais évoqués clairement.

En décembre, le député Ecolo Luc Tiberghien a posé une question sur le sujet à la ministre Eliane Tillieux (PS) et il s’avère que les élus arlonais ont commis quelques imprudences. En clair, le projet initial a dû être modifié parce que certains lits prévus n’avaient pas reçu de promesse de subsides. Le projet de 2005 prévoyait en effet 91 lits MR, soit le nombre de lits de l’ex-home « Soir paisible ». L’extension ne permettait que de récupérer la perte de chambres de l’ancienne aile, puisque trois chambres étaient transformées en deux chambres.

Des lits sur liste d’attente

Puis en 2008, les élus revoient leur copie en supprimant les trois niveaux de parking, jugés trop onéreux. Le choix est pris d’ajouter une aile de 27 chambres supplémentaires, en rasant la maison Goémine pour arriver à un total de 118 lits. Le hic, c’est que le ministère n’a octroyé une subvention que pour 6 de ces 27 lits. Un vrai casse-pipe puisque la Ville aurait alors dû supporter le financement de ces 21 lits. Ce que confirme la ministre. « En 2007, le CPAS s’est vu attribuer une enveloppe de 3,82 millions d’euros pour les travaux. En mai 2009, le CPAS a introduit une demande d’accord de principe pour un total de 27 lits de maison de repos supplémentaires. En mai 2011, il a obtenu un accord de principe pour six lits, le solde de 21 étant sur une liste d’attente. En juillet 2012, il y a eu accord pour 5 lits de court séjour. Le gestionnaire a entamé la construction sur fonds propres d’une extension de 27 lits alors qu’il n’y avait accord que pour six. »

En urgence, le collège a décidé de stopper les travaux de l’aile 2 et de revoir l’ensemble des aménagements de l’aile 3, en y intégrant 10 appartements en résidence services initialement prévus dans un bâtiment situé rue de Sesselich, pour lequel un accord avait été donné en 2010 pour 16 appartements. Il y a donc une perte de subsides pour six appartements. Par ailleurs, au moment de remodeler le projet, deux lits supplémentaires aux 97 subsidiés avaient déjà été aménagés. Deux chambres non subsidiées et non agréées qui pourraient rester vides…

Si le home formera désormais un tout (chambres MR-MRS, résidence-services, lits de court séjour et centre d’accueil de jour), le projet est toutefois réduit. Romain Gaudron, conseiller Ecolo, déplore « l’imprudence des autorités dans ce dossier. Sans l’arrêt de justesse des travaux dans l’aile 2 et la décision d’intégrer la résidence service, on aurait connu des étages vides. Ville et CPAS envisageaient 27 lits MR supplémentaires, il n’y en aura que six. Il y a perte de six appartements-services et on peut noter une dépense supplémentaire de 125.000 euros pour modifier les plans de l’aile 3… »

2 janvier 2013

Meilleurs voeux pour 2013

untitled

%d blogueurs aiment cette page :