Archive for avril, 2013

5 avril 2013

Interpellation relative aux invendus alimentaires consommables

La problématique du gaspillage alimentaire est réelle. Les industries agroalimentaires et les consommateurs sont en effet responsables de 81% du gaspillage alimentaire. Il ressort également d’une étude européenne, que ce gaspillage, sur l’ensemble du territoire de l’Union Européenne, s’élève à 89 millions de tonnes par an, soit 179 kilos par personne. Cette étude estime enfin que ces quantités monteront, à politique inchangée, jusqu’à 120 millions de tonnes en 2020.

 Des débats parlementaires sont actuellement en cours sur le sujet tant au niveau fédéral qu’au niveau wallon. Cependant,  pour le groupe Ecolo, la présence de grandes et moyennes surfaces sur le territoire communal d’Arlon doit incite le pouvoir communal à intervenir.

 Notre groupe estime qu’il est important de trouver des solutions pour limiter le gaspillage alimentaire avec comme objectifs  de permettre à ceux et celles qui en ont besoin de bénéficier des invendus encore consommables. La Croix-Rouge et la Saint-Vincent de Paul d’Arlon effectuent un travail primordial mis en péril par la diminution du soutien en vivre provenant de la Banque Alimentaire et du Bird. Cette action doit également permettre de réduire la masse de déchets organiques non valorisée ainsi que la pression environnementale liée à la production de ressources alimentaires non consommées.

Enfin, Ecolo considère que pour permettre aux autorités publiques d’examiner des solutions pour limiter le gaspillage alimentaire, il est essentiel que celles-ci disposent d’informations relatives à la manière dont sont traités les invendus alimentaires et aux besoins des associations qui reconditionnent les produits.

C’est pourquoi, Ecolo souhaite, la réalisation d’une enquête par les services communaux (et/ou du CPAS) relative à la situation sur le terrain communal permettant d’identifier :

·        le sort réservé par les grandes et moyennes surfaces présentes sur le territoire communal aux invendus encore consommables ;

·        les motivations de celles qui jettent leurs invendus ;

·        les besoins des associations qui reconditionnent les produits ;

·        le sort des fruits et légumes trop détériorés pour être consommés.

Le Collège envisage-t-il la réalisation d’une enquête de ce type ?

D’autres actions sont-elles prévues à propos des invendus alimentaires ?

D’avance merci pour vos réponses,

Romain Gaudron

 

Conseiller communal

Chef de groupe Ecolo

Publicités
1 avril 2013

Écolo : «Des tensions dans la majorité ?» – L’Avenir 27/02

La déclaration de politique générale de la majorité figure à l’ordre du jour du conseil communal de ce mercredi. Et suscite, avant même sa lecture, la réaction de Romain Gaudron, chef de groupe Écolo qui, l’ayant demandée au bourgmestre afin de l’étudier, n’a pu l’obtenir. «À notre plus grande surprise, celui-ci nous a répondu que le document ne sera pas mis à notre disposition avant sa présentation en conseil car le collège n’y serait pas tenu», s’offusque M. Gaudron dans un communiqué publié hier.

tensions «Après confirmation par le cabinet de Paul Furlan, ministre des Pouvoirs locaux, du droit de nos élus de consulter la Déclaration de politique générale, affirme M. Gaudron, un second passage à la commune ce lundi nous a appris que celle-ci n’est actuellement pas finalisée. Écolo s’étonne que quatre mois et demi après les élections communales, la majorité arlonaise, pourtant identique depuis 12 ans, n’a pu se mettre d’accord sur un projet commun.» «Faut-il y voir des tensions dans la majorité en place ?» interroge en conclusion le conseiller vert.

 Présidence du conseil : Gaudron revient à la charge

 Dans le même texte, M. Gaudron, qui s’était vu prier par M.Magnus de ne pas déborder des débats, au dernier conseil, enfonce un clou qu’il avait planté dès l’installation du conseil communal, à la fin de l’année dernière : «Écolo réitère sa demande de confier la présidence du conseil communal à un élu autre que le bourgmestre afin d’assurer, dans le respect du Code de la démocratie locale, la possibilité d’exercer le droit à un contrôle démocratique de nos élus.»

 Pour rappel, en décembre, Vincent Magnus avait répondu à Romain Gaudron que l’idée de dissocier la présidence du conseil du maïorat n’était « pas à l’ordre du jour».

 P. C.

1 avril 2013

«Chef-lieu de province et cité frontalière au coeur de la Grande Région» – L’Avenir 01/03

«C’est bon pour cette fois !» a commenté mi-sérieux, mi-amusé Romain Gaudron (Écolo), qui s’était offusqué de ne pouvoir prendre connaissance de la déclaration de politique générale avant la séance du conseil communal (lire L’Avenir de mercredi), mais l’a finalement obtenue «mercredi en fin de journée».

 Cette déclaration, avant tout une note d’intention, reprend par le menu l’ensemble du programme défendu lors de la dernière campagne par les partenaires cdH et PS de la majorité. Ce copieux catalogue, les membres en ont donné lecture à l’assemblée. Reprenons-en ici quelques-unes des lignes de force qui brossent l’image d’une ville d’Arlon, «chef-lieu de province et cité frontalière au coeur de la Grande Région», prête à relever tous les défis de son temps. En vrac ici, sur le plan de la sécurité, de la solidarité (qui passe par le CPAS ou «la lutte contre les marchands de sommeil», a précisé l’échevin PS Perpète), des services à ses administrés, de l’enseignement (du fondamental à la vie estudiantine, note l’échevin PS Triffaux), du développement durable (par les économies d’énergie et l’éolien), des soins de santé (et l’agrément cardio, rappelle l’échevin cdH Mitri), du tourisme et de la culture, des sports, de la mobilité et de l’environnement.

 De nouvelles zones d’activités économiques

 Sur le plan économique, le bourgmestre Magnus (cdH) n’a pas manqué d’évoquer «le site de Viville-Stockem, un sujet de préoccupation important à nos yeux. Les contacts seront pris et les actions entreprises afin de pouvoir faire de ce site un endroit où trouver parking, entreprises pourvoyeuses d’emplois et, pourquoi pas, un hall polyvalent.» Ajoutant que «la Ville souhaite développer de nouvelles zones d’activités économiques et qu’à cette fin, des contacts seront pris pour pouvoir mettre en oeuvre les sites de Schoppach et de Stockem (à proximité des installations de la SNCB), idéalement situés et proches des grands axes ». Sans oublier, «en collaboration avec Idélux, les démarches pour agrandir le zoning de Weyler entre la E 411 et la N 81, depuis le rondpoint de Weyler».

«La rénovation des bâtiments communaux se poursuivra, poursuit le maïeur. L’ancien palais de justice et l’hôtel du Nord feront l’objet de travaux de rénovation et de transformation ; la butte de Saint-Donat et son belvédère feront l’objet d’une attention toute particulière.» « Le projet de parc à l’Hydrion sera relancé » Pour l’échevine Goffinet (cdH), «il faudra aussi mener une réflexion et nous doter d’outils adéquats d’aménagement du territoire. Les plans communaux d’aménagement (PCA), obsolètes, devront être révisés, à Stockem, pour Callemeyn, au Wäschbour et au moulin Lampach».

L’échevin Balon (cdH) a pour sa part assuré, alors que «des parcs seront créés tant en ville que dans les quartiers proches (anciens moulins, plateau de Seymerich,Wäschbour,…), le projet de parc sportif, récréatif, culturel et pédagogique à l’Hydrion sera relancé».

Depuis les bancs de l’opposition, Romain Gaudron a souhaité que l’on reparle prochainement de l’enjeu éolien, «essentiel», tandis qu’Alexandre Larmoyer a dit que le MR s’accorderait le temps de la réflexion et fera part de ses commentaires lors du prochain conseil.

Au vote, Écolo s’est partagé par deux non et deux abstentions. Le MR s’est abstenu en bloc.

Philippe COLLING

1 avril 2013

Voici venu le temps de la prudence – L’Avenir 01/03

Le budget 2013, «prudent et ambitieux» selon le maïeur, a été approuvé mercredi à Arlon. Il devrait même être plus prudent encore, pour le MR.prudence

 Il n’aura guère fallu plus d’une heure pour arriver à bout de l’examen du projet de budget, mercredi soir, à Arlon, où le conseil communal devait aussi se pencher sur celui du centre public d’action sociale et sur la déclaration de politique générale de la majorité cdH/PS (lire ci-dessous).

 Ce premier budget de la législature, le premier qu’il présentait en tant que bourgmestre, Vincent Magnus (cdH) l’a qualifié de «budget de transition, prudent mais ambitieux» (lire aussi L’Avenir de mercredi). Le budget ordinaire totalise 47 188 995 € de recettes pour 47 145 221 € de dépenses, soit un boni de 43 774 €. La ventilation des dépenses est la suivante : personnel (42 %), frais de fonctionnement (18 %), transferts (18 %) et dette (22 %). Il est à noter que si les dépenses liées au personnel augmentent de 4,5 %, celles de fonctionnement diminuent selon le même pourcentage, «le résultat de la gestion rigoureuse de l’administration et des travaux effectués partout pour réaliser des économies d’énergie».

 Remodeler la dette

 Quant à la dette, dont la charge progresse d’1,9% contre 13,1 % en 2012, M. Magnus affirme qu’«il faudra encore réfléchir à la remodeler afin d’encore la diminuer, en passant notamment par la vente de biens dont ni la Ville ni nos concitoyens n’ont besoin. Des biens acquis par nos prédécesseurs pour être revendus lorsque viendraient des temps plus difficiles. Et ce temps est peut-être arrivé ! » Voilà pour la prudence.

 L’ambition ? Elle se traduit, explique le maïeur, par les dépenses inscrites au budget extraordinaires, qui sont de 17 645 308 € (contre un peu plus de 26 millions d’euros l’an dernier). M. Magnus a épinglé quelques-uns des projets qui seront initiés ou poursuivis dans les mois à venir : celui, en cours, de la nouvelle école de Barnich-Sterpernich ; l’extension de celle de Weyler ; le réaménagement du nouvel hôtel de police ; la rénovation de la Grand-rue; celle du hall 2 de la Spetz ; des travaux à Saint-Martin et à Saint-Donat, une rénovation de la synagogue ; l’aménagement du site des moulins d’Arlon…

 Quant au financement des investissements, il se ventile comme suit : 52 %par emprunts, 8 %sur fonds propres et, «c’est la volonté de la majorité d’en décrocher chaque fois que c’est possible», 40 % de subsides. « Il faudra faire des choix » Pour Marcelle Charlier, la majorité devrait cependant se montrer encore plus prudente qu’elle ne l’est. La conseillère MR comparera même la hauteur des emprunts d’Arlon à ceux de la Province, assez semblable.

«Oui, mais cette dette reste une bonne dette car elle a permis de créer des choses qui profiteront aussi aux générations futures», répond le bourgmestre. Chef de groupe des Réformateurs, Alexandre Larmoyer n’en réclame pas moins «un plan budgétaire global» : « Vous prévoyez un emprunt annuel de 5 millions jusqu’en 2018 dans le but de réduire la dette globale de 96 millions en 2014 à 88 millions en 2018. Quels seront les sacrifices, car il est évident qu’il faudra faire des choix ?»

 Au nom d’Écolo, Romain Gaudron regrette que l’augmentation de la dotation au CPAS (+ 1 % seulement en 2013) ne soit pas plus élevée. Il ajoute : «Espérons aussi que les mesures en matière d’économies d’énergie tiennent la route. J’ai personnellement quelques doutes, mais en cas de succès, ce serait une belle avancée.» M. Gaudron se dit aussi «déçu que l’ensemble des investissements en matière de sécurité portent sur la seule installation de caméras, et pas sur le travail de terrain ».Concédant pour conclure que ce budget intervient dans une situation économique difficile.

Au vote, le MR et Écolo se sont abstenus.

 Philippe COLLING

 

1 avril 2013

Les objectifs pour la législature – La Meuse 01/03

La déclaration de politique générale figurait aussi à l’ordre du jour. C’est une obligation légale. Il s’agit de présenter les principaux objectifs que se fixe la majorité pour la législature. Ceux-ci reprennent dans les grandes lignes les idées fortes des deux partis qui forment cette majorité, le cdH et le PS.

 On a évité le couac. Avant le conseil, les partis d’opposition, et particulièrement le groupe Ecolo, avaient mis la pression estimant que ce document devait être remis sept jours avant la séance. Ce n’est pas faux, mais à Arlon, depuis de très nombreuses années, le document

était présenté en séance. Finalement un accord a été trouvé. Tous les conseillers ont reçu la déclaration par mail, la veille du conseil, vers 16h. «C’est bon pour cette fois », a commenté, en souriant, Romain Gaudron (Ecolo).

 Impossible de reprendre ici tous les éléments de cette déclaration. Il y est notamment question de la défense de la ville en tant que chef-lieu, comme commune transfrontalière et comme chef-lieu judiciaire (après la réforme de l’an prochain). Autre priorité bien connue : la sécurité en renforçant le nombre de policiers sur le terrain et grâce à des caméras : «la peur doit changer de camp » a souligné le bourgmestre. La majorité prône aussi, en vrac, le maintien des lignes ferroviaires dans le sud-Luxembourg, la défense de nos militaires, l’extension des services aux plus défavorisés comme les Restos du coeur ou l’abri de nuit, le développement du tourisme et de la culture, etc.

 Pour Ecolo, Romain Gaudron aurait souhaité une espèce d’agenda des investissements. Il s’interroge sur la façon dont la majorité compte développer l’éolien. Le bourgmestre s’est engagé à organiser une véritable réflexion sur l’énergie en général. Répondant toujours à Romain Gaudron, Vincent Magnus a expliqué que pour les projets de développement de la rue Paul Reuter, il faut d’abord démolir les bâtiments avant d’engager une réflexion avec les citoyens et en particulier les commerçants.

 Suite à une intervention de Marcelle Charlier (MR), il a été décidé que d’autres remarques sur cette note pourraient être apportées au prochain conseil. Un vote est quand même intervenu sur la déclaration : 16 « oui », 6 abstentions et deux « non ».

 Marc Durant

%d blogueurs aiment cette page :