Energie : où est la solidarité wallonne ? – Le Soir 29/11

La fusion des intercommunales de distribution ne fait pas l’unanimité Interlux va être digérée dans une grande intercommunale baptisée Ores Assets. Mais le coût de l’électricité ne sera pas unique, ce qui irrite certains élus.

Sans titre Même si tout était déjà joué d’avance lors de l’A.G d’Interlux qui s’est tenue ce jeudi à Transinne, puisque les votes des associés (surtout les communes) doivent être entérinés avant l’A.G en vertu du Code de démocratie locale, cette assemblée n’en était pas moins importante. Elle a permis de remettre en lumière, comme cela a été fait dans de nombreux conseils communaux, le projet de fusion des huit intercommunales wallonnes de distribution d’énergie, dont Interlux pour la province de Luxembourg, dans une nouvelle intercommunale baptisée Ores Assets.

Une fusion qui n’est pas appréciée de la même façon partout puisqu’il y a eu des votes négatifs (Bertrix, Musson, Léglise) et quelques abstentions (Tenneville, St-Hubert, Marche-en-Famenne et Herbeumont). Et parmi les « oui », il y a eu aussi ajout d’une motion qui relativise ce vote positif, octroyé « parce qu’on n’a pas le choix… »

Ce volet « fusion » faisait partie de l’assemblée générale extraordinaire, l’ordinaire étant axée, elle, sur le plan stratégique 2014-2016, avec ses aspects financiers, les investissements et développements du réseau et les indicateurs de performance en matière de réseau gaz et électricité. On y apprendra notamment qu’en 2012, 27,5 millions d’euros ont été investis principalement dans le renouvellement des lignes haute et basse tension, et environ 4 millions pour le gaz, principalement pour une liaison entre Athus et Aubange. Des montants qui continueront à être investis jusqu’en 2016.

Mais c’est surtout cette fusion qui a fait débat. «Une fusion qui vise à préparer le secteur de la distribution d’énergie aux défis stratégiques du futur, notamment en regard du développement des énergies renouvelables, note Dominique Offergeld, directrice financière d’Ores, et aussi à créer une structure unique avec un interlocuteur de poids face aux marchés financiers, aux investisseurs, régulateurs, organes de concertation. »

Mais les Luxembourgeois se sentent grugés par cette fusion qui ne tient pas compte de la « péréquation », c’est-à-dire d’un prix unique de l’électricité. Bref, le Luxembourgeois paie plus qu’ailleurs, en tout cas « le volet distribution qui représente 30% du coût total de l’électricité », expliquait Dominique Offergeld, qui regrette cette absence de tarif unique, alors que des associés communaux estiment cette mesure inacceptable dans le cadre d’une fusion qui devrait mutualiser les frais.

A tel point que Vincent Wauthoz (MR/Virton) estime qu’il faudra introduire un recours devant la Cour constitutionnelle pour voir si cette décision n’est pas discriminatoire envers les Luxembourgeois. Et André Balon (CDH/Arlon) d’embrayer longuement : « Je ne suis pas contre la fusion en tant que telle, mais contre cette fusion sans péréquation tarifaire. Ici, le principe de solidarité est balayé. En France ou en Flandre, tout le monde paie le même tarif. Et lorsqu’on a fait la société wallonne des eaux, on a pu appliquer un même tarif alors que l’eau se trouve ici, en qualité et quantité C’est une affaire de gros sous et c’est préjudiciable pour le consommateur et pour nos entreprises, car on n’est pas concurrentiels par rapport aux autres provinces. Inacceptable ! Il existe pourtant une loi fédérale qui oblige cette solidarité. Bientôt, ce ne sera plus le cas. Il faudra donc porter le combat au niveau régional en 2015. »

Un combat politique donc, car au sein du futur conseil d’administration d’Ores Assets, il n’y aura que trois Luxembourgeois pour 14 Hennuyers… « La fusion est nécessaire, notera Romain Gaudron (Ecolo), mais pas n’importe comment. On avait un pouvoir de décision et on ne l’a pas pris. Les Luxembourgeois auraient dû faire bloc, au lieu d’envoyer des motions. »

Dominique Offergeld, sans doute optimiste, pense qu’il faudra avancer par petits pas pour arriver à un prix unique. Mais à l’image du bourgmestre de Léglise, le doute est permis…

 JEAN-LUC BODEUX

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :