Posts tagged ‘bourses’

30 octobre 2010

Démocratiser l’Enseignement Supérieur – Tout Autre Chose 03-09

Publicités
15 septembre 2010

Travailleurs frontaliers, même cotisation mais droits différents

Le 13 juillet dernier, la majorité gouvernementale luxembourgeoise (du Premier ministre Jean-Claude Juncker) votait la loi 6148. Cette loi supprime les allocations familiales à partir de 18 ans. Celles-ci sont remplacées par une bourse d’études d’un montant annuel de 6000€. Cette somme remplace approximativement le montant des allocations familiales.

Cependant, cette loi a bien pour objectif de réaliser des économies et ce, en trouvant un bouc émissaire. Le gouvernement Juncker a limité l’octroi de la bourse d’études aux résidents du Grand-Duché de Luxembourg, laissant ainsi sur le carreau les nombreux travailleurs frontaliers.

Personnellement, je ne peux accepter une telle discrimination entre travailleurs. Si deux personnes cotisent dans un même système de sécurité sociale, c’est pour bénéficier d’un même soutien[1], c’est le b.a.- ba d’un système de solidarité[2].

Les frontaliers sont des acteurs à part entière de la vie économique du grand-duché, ils constituent près de 45% de la population active, les Belges sont plus de 37000 à traverser quotidiennement la frontière.  Le gouvernement luxembourgeois a une manière très particulière de les remercier !

Passons les politesses pour en revenir sur le fond.  Mon passé à la FEF ne me laisse pas indifférent à la question du coût des études. Une aide de 6.000€ par an telle que celle octroyée chez nos voisins luxembourgeois est belle et bien plus attractive que nos bourses frôlant, en moyenne, les 1.000€ par année d’étude. D’autant, qu’en Communauté française les critères d’octrois sont extrêmement stricts. Ainsi, pour un cursus universitaire de 5 ans c’est une perte sèche de 30.000€  que des parents frontaliers vont rencontrer, de quoi mettre largement dans le rouge un budget familial.

Certains peuvent voir à travers ces faits un combat pour les privilégiés. Cela est un amalgame trop facile : un travailleur au Luxembourg est un travailleur « riche ». Certes, de manière générale les salaires luxembourgeois sont plus élevés mais tous ne sont pas des privilégiés et des salaires modestes sont également (de plus en plus) fréquents au Luxembourg. Quand bien même, les frontaliers auraient des revenus supérieurs aux travailleurs belges, la comparaison n’est pas de mise. Ce que je dénonce ici, ce sont les inégalités au sein même de la sécurité sociale luxembourgeoise.

A partir du 1er octobre 2010, si rien ne change au Luxembourg un travailleur frontalier est un sous travailleur. Cette discrimination retombera in fine sur les épaules de l’Etat belge. Celui-ci devra assumer des frais supplémentaires d’allocations familiales à hauteur de près de 3.000.000€, selon une première estimation. C’est pourquoi, nous sommes tous concernés par ces mesures injustes.

Défendre les travailleurs frontaliers dans ce dossier, ce n’est pas oublier la situation belge, faite d’allocations familiales et de bourses d’études bien moins alléchantes. Je rappelle d’ailleurs ma proposition à ce sujet d’instaurer une bourse kot[3].

Face à cette situation, je marque tout mon soutien aux travailleurs frontaliers. J’apprécie les motions déposées en ce sens, au conseil provincial du Luxembourg, lors de la séance du 3 septembre dernier par Brigitte Pétré (Ecolo)  et  Vincent Wauthoz (MR). Je regrette que le débat ait débouché sur un consensus mou, avec une motion édulcorée qui sera transmise uniquement à l’Etat Belge et qui si je ne me trompe est toujours en affaire courante… Sa marge d’action est donc belle et bien limitée, autant jeter une bouteille dans la Semois!

Je trouve regrettable que les opposants à ces motions, menées par Raymond Biren (Bourgmestre cdH d’Arlon), n’ont pris leurs responsabilités[4]. Balayer du revers de la main de tels faits pour préserver des relations cordiales avec ses collègues luxembourgeois révèlent le manque de carrure politique et les priorités du mayeur arlonais. Les frontaliers s’en souviendront !

Passons, et focalisons nous sur les syndicats[5] grand-ducaux, qui ont pris leurs responsabilités en organisant une manifestation le jeudi 16 septembre à 17h00 place de Clairefontaine. Pour ma part, ma place dans le car est d’ores et déjà réservée.

En ce 16 septembre 2010, je fêterai mes 24 ans et si Jean-Claude Juncker lit ces quelques lignes, il sait dès à présent quel cadeau me fera vraiment plaisir.


[1] à situation socio-économique identique évidemment.

 

[2] Je m’étonne d’autant plus d’une telle décision par un gouvernement à coloration apparemment progressiste, composé du Parti chrétien-social (CSV) et du Parti ouvrier socialiste luxembourgeois (LSAP).

[3] Voir l’article : « OUI à une réduction des frais de kot proportionnelle aux revenus de l’étudiant et de sa famille ! Non à une réduction des frais de kot plus conséquentes aux nantis (proposition du cdH) ! »

[4] Par la suite, Raymond Biren a annoncé rencontrer les responsables luxembourgeois pour aborder le sujet. Il s’agit évidemment d’une porte de sortie pour ne pas perdre la façe sans devoir trop se mouiller. Finalement, la  rencontre a été annulée.

[5] OGBL, LCGB, ALEBA, FNCTTFEL et SYPROLUX.

10 août 2010

OUI à une réduction des frais de kot proportionnelle aux revenus de l’étudiant et de sa famille ! Non à une réduction des frais de kot plus conséquentes aux nantis (proposition du cdH) !

Depuis 13 an, Josy Arens défend sa loi visant à mettre en œuvre une déductibilité des frais de kot. 13 ans sans résultats… que faut-il en conclure ? Arens, chevalier blanc incompris ? Ou Arens, vendeur d’une mesure pseudo démocratique pour l’accès à l’enseignement supérieur  qui rapporte un paquet de voix ? Regardons-y de plus prêt…

Toutes les statistiques le montrent, les jeunes luxembourgeois sont les moins nombreux à s’inscrire et à être diplômés de l’enseignement supérieur. C’est un véritable problème et par mon engagement passé dans le mouvement étudiant, cette question reste pour moi très importante.

Nous savons également que le frein principal pour l’accès à l’enseignement supérieur est le coût. Afin d’étudier en dehors de notre province, un jeune étudiant a besoin d’un kot mais, également  d’utiliser les transports en commun. Ces coûts supplémentaires pèsent dans le portefeuille de l’étudiant (ou bien souvent de ses parents) et peuvent atteindre facilement 6000€ par an.

Ecolo est favorable à toute mesure susceptible de diminuer le coût de l’enseignement pour les étudiants et leur famille. Néanmoins, une étude plus approfondie du  projet de loi du cdH montre ses limites.

Il apparaît que cette mesure est inéquitable socialement. En Belgique, l’impôt sur  le  revenu est caractérisé par son régime progressif : le taux d’imposition (marginal) augmente avec le revenu. Dès lors, il apparaît que les mesures fiscales proposées profiteront essentiellement à ceux qui gagnent le plus d’argent : ce sont eux qui paient (marginalement) le plus d’impôts et les mesures fiscales leur seront (en général) nettement plus avantageuses.

Petit exemple de l’utilisation de la loi Arens :

Si mes deux parents ont un gros salaire, 3000 euros de leurs revenus seront exemptés d’impôts. Soit un gain jusqu’à 1500€.

Si mes parents ont des revenus faibles, ils ne sont pas imposables, ils vont recevoir 450 € de crédit d’impôts.

Si je bénéficie d’une bourse d’études (en moyenne 1000€), incluant les frais de logement pour le calcul du montant de la bourse, je n’ai droit à rien.

Es-ce normal qu’un étudiant vivant dans un milieu aisé soit plus soutenu financièrement par l’Etat que son camarade d’auditoire ayant des difficultés financières ?

Pour Josy Arens (et le cdH) OUI

En ce qui me concerne, je défends une mesure qui favorise l’accès pour TOUS au logement étudiant. Une mesure qui tient compte des revenus de l’étudiant et de sa famille. Cela me semble relever purement et simplement de la gestion en bon père de famille des deniers de l’Etat.

Avec Ecolo Luxembourg nous défendons une proposition qui va dans ce sens. Nous proposons,  une prime kot octroyée par le fédéral. Cette prime doit être proportionnelle aux revenus (de l’étudiant ou sa famille) et doit être octroyée dans des critères économiques bien plus larges que ceux des bourses de la communauté française. Ainsi, nous défendons une aide conséquente pour tous ceux qui sont éloignés des centres urbains d’enseignement supérieur.

Contrairement au cdH, nous ne souhaitons pas limiter notre mesure au plus de 18 ans (cette mesure est d’ailleurs contraire à la jurisprudence de la Cour constitutionnelle[1]). En effet, pourquoi faut-il ne pas aider le petit génie terminant son secondaire avec un an ou deux d’avance ?

Pourquoi ne faut-il pas soutenir le jeune qui dès 14 ans quitte son domicile pour faire l’école agricole ?

Pour ceux qui ne sont toujours pas convaincus que Josy Arens fait dans le « blingbling », il suffit d’écouter ses propos récent où ce dernier nous  laisse croire, que sans chute du gouvernement son projet allait aboutir…

Selon monsieur Arens, le projet peut aboutir car Didier Reynders (ministre des finances) s’est montré récemment favorable à l’idée. Or, le même Didier Reynders a déjà montré son soutien au projet le 25 septembre 2006[2], soit avant même les précédentes élections fédérales…

Difficile également de croire qu’un projet est sur le point d’aboutir quand celui-ci n’est pas évalué budgétairement par le gouvernement et qu’il n’y a eu que deux discussions à ce sujet sous la législature.

Force est de constater que 13 ans plus tard, le chevalier blanc a bien déteint sans avancer !

C’est pourquoi, Ecolo propose une solution véritablement solidaire et porteuse pour un enseignement plus démocratique et accessible à tous.


[1] http://www.lachambre.be/FLWB/PDF/52/0062/52K0062004.pdf

 

[2] http://www.lachambre.be/doc/ccri/pdf/51/ic1106.pdf

9 juin 2010

Arens le « bling-bling », Gaudron le « jeune » – Le Soir 08/06

Ça se muscle. Enfin ! Une bisbille de campagne, entre CDH et Ecolo.

Pour être précis, entre Josy Arens et Romain Gaudron. Le premier pourrait être le père du second.

« Le jeune Gaudron chez Ecolo dit que c’est un truc de riche… A mon avis, il n’a même pas lu ma proposition », sortait Josy Arens dans nos colonnes, vendredi passé. Sur le tapis, ses treize années de combat en faveur de la déduction fiscale pour les logements d’étudiants. Le 1er suppléant CDH a allumé le 2e effectif Ecolo et… ex-président de la FEF (Fédération des étudiants francophones).

La mèche a pris. Romain Gaudron n’a guère apprécié. A l’en croire, le député fédéral sortant se battrait surtout pour les nantis du Luxembourg. « Arens, chevalier blanc incompris ? Ou vendeur d’une mesure pseudo-démocratique qui rapporte un paquet de voix ? », s’interroge l’élu vert, lequel rappelle l’importance de la question vu son passé de président. Il matraque : « Arens fait dans le « bling-bling. » La solution des Verts serait, elle, « véritablement solidaire, proportionnelle aux revenus de l’étudiant et de sa famille ».

Le député CDH réplique.

« Je suis visiblement dangereux avec cette proposition. Sinon, il ne réagirait pas comme ça…, souffle Josy Arens. Beaucoup de Luxembourgeois paient des impôts et ne savent pas financer les études de tous leurs enfants. Je reçois des centaines de lettres en ce sens ! Romain Gaudron ne sent pas la population luxembourgeoise et ses spécificités. Je suis déçu, pour un jeune de la province comme lui. » Et de conclure : « J’espère qu’Ecolo n’arrivera pas trop loin, pour que l’on n’ait pas encore plus de difficultés ! »

C’est de saison : un partout, balle au centre.

DRUEZ NICOLAS

1 juin 2010

Ecolo Luxembourg dit OUI à une réduction des frais de kot proportionnelle aux revenus de l’étudiant et de sa famille ! Ecolo dit non à une réduction des frais de kot plus conséquentes aux nantis (proposition du cdH) !

Depuis 13 an, Josy Arens défend sa loi visant à mettre en œuvre une déductibilité des frais de kot. 13 ans sans résultats… que faut-il en conclure ? Arens, chevalier blanc incompris ? Ou Arens, vendeur d’une mesure pseudo démocratique pour l’accès à l’enseignement supérieur  qui rapporte un paquet de voix ? Regardons-y de plus prêt…

Toutes les statistiques le montrent, les jeunes luxembourgeois sont les moins nombreux à s’inscrire et à être diplômés de l’enseignement supérieur. C’est un véritable problème et par mon engagement passé dans le mouvement étudiant, cette question reste pour moi très importante.

Nous savons également que le frein principal pour l’accès à l’enseignement supérieur est le coût. Afin d’étudier en dehors de notre province, un jeune étudiant a besoin d’un kot mais, également  d’utiliser les transports en commun. Ces coûts supplémentaires pèsent dans le portefeuille de l’étudiant (ou bien souvent de ses parents) et peuvent atteindre facilement 6000€ par an.

Ecolo est favorable à toute mesure susceptible de diminuer le coût de l’enseignement pour les étudiants et leur famille. Néanmoins, une étude plus approfondie du  projet de loi du cdH montre ses limites.

Il apparaît que cette mesure est inéquitable socialement. En Belgique, l’impôt sur  le  revenu est caractérisé par son régime progressif : le taux d’imposition (marginal) augmente avec le revenu. Dès lors, il apparaît que les mesures fiscales proposées profiteront essentiellement à ceux qui gagnent le plus d’argent : ce sont eux qui paient (marginalement) le plus d’impôts et les mesures fiscales leur seront (en général) nettement plus avantageuses.

Petit exemple de l’utilisation de la loi Arens :

Si mes deux parents ont un gros salaire, 3000 euros de leurs revenus seront exemptés d’impôts. Soit un gain jusqu’à 1500€.

Si mes parents ont des revenus faibles, ils ne sont pas imposables, ils vont recevoir 450 € de crédit d’impôts.

Si je bénéficie d’une bourse d’études (en moyenne 1000€), incluant les frais de logement pour le calcul du montant de la bourse, je n’ai droit à rien.

Es-ce normal qu’un étudiant vivant dans un milieu aisé soit plus soutenu financièrement par l’Etat que son camarade d’auditoire ayant des difficultés financières ?

Pour Josy Arens (et le cdH) OUI

En ce qui me concerne, je défends une mesure qui favorise l’accès pour TOUS au logement étudiant. Une mesure qui tient compte des revenus de l’étudiant et de sa famille. Cela me semble relever purement et simplement de la gestion en bon père de famille des deniers de l’Etat.

Avec Ecolo Luxembourg nous défendons une proposition qui va dans ce sens. Nous proposons,  une prime kot octroyée par le fédéral. Cette prime doit être proportionnelle aux revenus (de l’étudiant ou sa famille) et doit être octroyée dans des critères économiques bien plus larges que ceux des bourses de la communauté française. Ainsi, nous défendons une aide conséquente pour tous ceux qui sont éloignés des centres urbains d’enseignement supérieur.

Contrairement au cdH, nous ne souhaitons pas limiter notre mesure au plus de 18 ans (cette mesure est d’ailleurs contraire à la jurisprudence de la Cour constitutionnelle[1]). En effet, pourquoi faut-il ne pas aider le petit génie terminant son secondaire avec un an ou deux d’avance ?

Pourquoi ne faut-il pas soutenir le jeune qui dès 14 ans quitte son domicile pour faire l’école agricole ?

Pour ceux qui ne sont toujours pas convaincus que Josy Arens fait dans le « blingbling », il suffit d’écouter ses propos récent où ce dernier nous  laisse croire, que sans chute du gouvernement son projet allait aboutir…

Selon monsieur Arens, le projet peut aboutir car Didier Reynders (ministre des finances) s’est montré récemment favorable à l’idée. Or, le même Didier Reynders a déjà montré son soutien au projet le 25 septembre 2006[2], soit avant même les précédentes élections fédérales…

Difficile également de croire qu’un projet est sur le point d’aboutir quand celui-ci n’est pas évalué budgétairement par le gouvernement et qu’il n’y a eu que deux discussions à ce sujet sous la législature.

Force est de constater que 13 ans plus tard, le chevalier blanc a bien déteint sans avancer !

C’est pourquoi, Ecolo propose une solution véritablement solidaire et porteuse pour un enseignement plus démocratique et accessible à tous.


[1] http://www.lachambre.be/FLWB/PDF/52/0062/52K0062004.pdf

[2] http://www.lachambre.be/doc/ccri/pdf/51/ic1106.pdf

%d blogueurs aiment cette page :