Posts tagged ‘Haute Ecole’

18 février 2011

LES JEUNES DES MOUVEMENTS POLITIQUES ET DES SYNDICATS SE MOBILISENT AUTOUR DU DOSSIER DE LA FUSION DES HAUTES ÉCOLES – TV LUX 18/02

Publicités
18 février 2011

Hautes écoles : des fusions balisées – L’Avenir du Luxembourg 18/02

Les jeunesses politiques du Luxembourg s’associent pour l’avenir des hautes écoles. Pas opposées aux fusions, elles réclament certaines balises.

 

La fusion des hautes écoles de la province avec d’autres de Liège et Namur? C’est en discussion depuis un certain temps. Les jeunes militants politiques de la province, PS, MR, Écolo, ainsi que des jeunes des syndicats CSC et FGTB ont leur point de vue sur la question et veulent le faire entendre à un mois d’une réunion importante du Conseil général des Hautes Écoles à Bruxelles.

Les fusions, ils n’y sont pas opposés en soi, mais pas sans certaines balises à respecter. Tour de table des différents mouvements de la province. Les jeunes cdH, sans section provinciale, sont aux abonnés absents et, au niveau fédéral, ne partagent pas forcément le même point de vue.

« Pour l’enseignement supérieur de demain dans la province, il est important de diversifier l’offre de formation actuelle, explique Romain Gaudron, coprésident d’écolo j Luxembourg. Nous voulons que l’outil législatif maintienne les centres de décision dans les provinces concernées en cas de fusions. Mais également pouvoir évaluer les fusions qui ont déjà eu lieu. »

La province du Luxembourg est celle où on fait le moins d’études supérieures. Les jeunes CSC Luxembourg veulent garantir l’accès à la formation et surtout élargir l’offre de formations. « La province n’offre pas toutes les formations possibles. Du coup il faut aller à Namur, à Liège… et tous les jeunes n’ont pas le moyens de se payer un kot», explique Valérie François.

Les jeunes FGTB Luxembourg se rallient à ceux de la CSC. En plus, ils déplorent le marché

concurrentiel entre hautes écoles : « Certaines formations comme comptabilité, électromécanique, et ingénieur industriel se donnent à la fois à la Haute École Blaise Pascal,

à la fois à la Haute École Robert Schuman. Ne serait-il pas intéressant que les deux établissements scolaires s’entendent ? », demande Magali Houba.

Pour le MJS Luxembourg (Mouvement des jeunes socialistes), il faut un enseignement de qualité et de proximité. La fusion est fondamentale car sans cela, les hautes écoles sont vouées à l’échec.

Une pétition de soutien

Alexandre Larmoyer, parle lui au nom des jeunes MR Luxembourg : « Nous avons aussi de la concurrence à l’étranger. L’université de Luxembourg se développe année après année. Nous ne sommes pas utopistes, nous ne pourrons jamais proposer toutes les formations du monde. Mais il est nécessaire de s’adapter. Les jeunes doivent pouvoir faire les études qu’ils veulent près de chez eux. »

Dans un mois, le Conseil général des Hautes Écoles se réunira.

À l’ordre du jour : la question des fusions. On pense à la Haute École Blaise Pascal avec l’Henam (Haute école de Namur).

« Ce sera une première échéance pour voir où on en est », déclare Romain Gaudron.

Les jeunes militants politiques invitent tous ceux qui trouvent ces balises nécessaires à signer une pétition de soutien. Elle est disponible en format papier ou sur http ://9298.lapetition.be.

« Nous voulons que l’outil législatif prévoit un maintien des centres de décision dans les provinces concernées en cas de fusions. »

Romain Gaudron, coprésident d’écolo j Luxembourg

18 février 2011

Pour un projet « hautes écoles » d’avenir – Le Soir 18/02

A un mois d’une importante réunion qui se déroulera au Conseil général des hautes écoles et qui traitera de la fusion de Blaise Pascal avec l’Hénam, les jeunesses politiques de la province de Luxembourg (MR, Ecolo et  PS), et les jeunes FGTB et CSC font front pour dire toute l’importance qu’ils accordent à cette fusion et pour lancer un appel à la construction d’un véritable projet d’avenir. « Nous ne sommes pas contre une fusion, mais il s’agit de réfléchir sérieusement à la  question, lance Romain Gaudron (Ecolo). C’est un levier important pour le développement économique et social de la province. Mais il faut aussi diversifier l’offre. A Libramont, la nouvelle filière bois montre par exemple qu’il y a une attente. »

« C’est d’autant plus vrai, renchérit Valérie François (CSC), que beaucoup de jeunes n’ont pas l’argent pour aller koter à l’extérieur et arrêtent leurs études faute d’offre spécifique de proximité. C’est une perte de qualification pour le Luxembourg qui a le plus faible taux d’inscriptions dans les hautes écoles. »

Secundo, ces jeunes estiment qu’il faut maintenir un centre de décision en Luxembourg. « Il y a de bons modèles de fusion, comme Liège et Gembloux via Gembloux Agrobiotec, poursuit Romain Gaudron. Mais il y a aussi des dérapages. Il faut donc des garanties. Quand les Hautes écoles (H.E.) de la région liégeoise ont fusionné, les implantations devaient être maintenues. On parle désormais de tout recentrer sur Liège. Le mythe de la taille critique et des économies d’échelle n’a pas de sens quand on sait que 80 % du budget des H.E partent en salaires. »

Ils estiment dès lors qu’il faut évaluer les fusions qui existent depuis 1996. Autre idée : « Peut-être est-ce utopiste,mais Blaise Pascal et Robert Schuman offrent une série d’options identiques.Pourquoi ne pas envisager une entente à ce niveau ? », plaide Magali Houba (FGTB).

Pour eux, il s’agit d’un débat citoyen, au-delà des clivages politiques. D’où cette idée de mobiliser la jeunesse de la province. Une pétition papier et électronique basée sur ces propositions et visant un projet d’enseignement durable et novateur en Luxembourg est disponible via http://9298.lapetition.be/

JEAN-LUC BODEUX

%d blogueurs aiment cette page :